Horaires du Soleil
à Is sur Tille

Lever     : 07:54
Coucher : 16:56
Menu Principal
Image au hasard

Is-sur-Tille - Passerelle Truchebeuf
Is-sur-Tille - Passerelle Truchebeuf

604



Mise au point Imprimer Envoyer
Lundi, 23 Avril 2012 14:43

 MISE AU POINT

Nous ne pouvions pas dans le dernier numéro d' ISci&là (à paraître en mai), ne pas revenir sur le procès d’intention qui nous a été fait par les élus d’ «Agir Ensemble ». Comment ne pas être indignés, voire peinés quand les élus de la majorité écrivent, nous citons : « une fois de plus l’opposition diffuse des informations partielles dans le but d’influencer l’opinion en la trompant ».

Non seulement, on nous accuse de vouloir tromper les Issois, ce qui est une accusation grave, mais encore, d’avoir l’habitude de procéder de cette manière. Ces propos sont infondés et diffamatoires.

Dans la dernière tribune, loin de diffuser des informations partielles, nous donnons le prix de revient exact des travaux prévus et nous ne cherchons pas à cacher les subventions possibles puisque nous les évoquons à la suite, en précisant que le contexte actuel se doit d’engendrer une solidarité accrue, non seulement entre les personnes, mais aussi entre les collectivités. Il en va de la diminution de la dette nationale.

Il est inadmissible de laisser entendre que notre premier souci, en tant qu’opposition, est d’être contre tout, quitte à tromper les Issois, et de nuire à leurs intérêts.

Cela témoigne vraiment d’une non reconnaissance de l’action que nous essayons de mener au sein du conseil, qui est, comme nous l’avons expliqué au début du mandat, de ne pas faire d’obstruction systématique et stérile, et de voter tous les projets qui nous paraissent justes et nécessaires.

Mais une opposition constructive doit aussi jouer un rôle de veille ; cela passe parfois par le fait d’être contre. Nous essayons, par nos questions en conseil, et par nos recherches et documentations, d’apporter une opinion éclairée sur le(s) débat(s) en question. Cette façon d’agir va vraiment à l’encontre de ce qui a été écrit, peut-être par manœuvre politicienne de nos collègues d’ «Agir Ensemble». Ceci serait non seulement ridicule, triste, mais aussi dangereux pour la démocratie locale. Nous allons donc, pour cette fois, émettre l’idée qu’il s’agit d’un « dérapage », car nous avons du mal à penser que la plupart des conseillers de la majorité agissent dans cet état d’esprit.

Nous en profitons également pour revenir sur le débat d’orientation budgétaire (DOB), pour lequel il nous a été fait le reproche de ne pas suffisamment participer au débat. Il faut savoir que ledit DOB nous est parvenu complètement ficelé en conseil, accompagné de la remarque suivante de la part de notre Maire : « Nous, nous avons débattu avant, alors maintenant, c’est à vous de débattre ».

Nous soulignerons ici un texte législatif, énonçant que (nous citons) : « les collectivités ont la possibilité de s’imposer de nouvelles règles afin de dynamiser le débat et de permettre des arbitrages». L’assemblée délibérante devant participer au DOB n’est-elle pas constituée de tous les conseillers municipaux, débattant ensemble, au même moment ? Nous souhaitons que, dans l’avenir, un vrai débat, respectueux de chacun, soit instauré ; et que l’année prochaine, Is-sur-Tille se donnera les moyens d’un tel débat, pour le DOB, mais pas seulement !

Au cours de ce même DOB, nous avions répondu à la remarque suivante : « la fiscalité n’augmentera pas plus que l’inflation », que si l’inflation continue a augmenter (c’est le cas depuis 2010), cela risque de peser sur le pouvoir d’achat des ménages Issois de façon concrète (ils subissent déjà toutes les autres hausses), et devront, quoiqu’on en dise, subir également une augmentation d’impôts. Or aujourd’hui, nous constatons que l’inflation augmente toujours ; les salaires, eux, n’augmentent pas dans la même proportion.

Enfin, nous préciserons que cette année, nous n’avons pas voté le budget, surtout à cause de l’explosion de l’investissement, qui, s’il est nécessaire en partie, ne justifiait pas une telle augmentation de l’endettement par habitant (passant de 245 € à 575 €), et dont l’argumentaire consistant à dire qu’il soutiendrait l’économie locale semble être une vue à bien court terme. Sans compter les dépenses de fonctionnement qui en découleront…

 

Cette mise au point était nécessaire (voire essentielle) pour les conseillers de « Demain Autrement » que nous sommes, ayant à cœur (entre autres) plus de justice et de démocratie participative.

 

Alain Auffret, Thierry Darphin, Marc Fanoï, Anne Liotard, Christine Soldati,

conseillers municipaux de « Demain Autrement ».

 

Mise à jour le Lundi, 23 Avril 2012 15:05
 
Copyright © 2017 Le blog d'Is - UnIS pour réussir. Tous droits réservés.
Internet Explorer 7 mini - Affichage 1024 x 768 recommandé